Nouveau!!! Journée Porte Ouverte

Téléchargez ici le programme de la JPO sur la Biodiversité au Bénin le Mercredi 01 Septembre 2010 {phocadownload view=file|id=9|text=JPO Programme|target=b}

Logo Nature Tropicale

Tél: +229 21 33 37 73
Mob: +229 95 40 94 14 
Mob: +229 96 10 08 37 Fax: +229 21 33 87 32
Email
ntongmu(at)yahoo(dot)com
 Skype id: nature.tropicale.ong

 

Notre actualité

Signature d’accord de partenariat pour la lutte contre la criminalité environnementale: le gouvernement du Bénin fait confiance à Nature Tropicale ONG

article thumbnail

Le gouvernement du Bénin à travers le Ministre du Cadre de Vie et de Développement Durable, a s [ ... ]


Criminalité environnementale

Criminalité faunique : Première opération de saisie d'ivoire à Cotonou «Appui à l’App [ ... ]


Nous soutenir

Enter Amount:

Criminalité environnementale PDF Imprimer Envoyer
Écrit par webmaster   
Samedi, 13 Septembre 2014 13:04

Criminalité faunique : Première opération de saisie d'ivoire à Cotonou

«Appui à l’Application de la Loi sur la Faune et la Flore au Bénin» (AALF- B) : Coup de filet de la Police Nationale des trafiquants d’ivoire arrêtés.

Pour plus de précisions, visualisez ceci : http://youtu.be/vZDOUntabtY

Le mardi 12 août 2014 vers 13h30mn, la Direction Centrale de Police Judiciaire (Lutte contre la criminalité l’Interpol), en collaboration avec la Direction Générale des Forêts et des Ressources Naturelles (DGFRN) et l’appui de certaines ONG spécialisées a interpellé les sieurs A. Djafarou de Nationalité Béninoise, M. Diawara et S. Cissé de nationalité Guinéenne pour trafic illicite d’ivoire d’éléphant, espèce animale intégralement protégée au Bénin et à l’échelle internationale.

En effet, ils ont été arrêtés le mardi 12 Août 2014 dans un hôtel de Cotonou en possession de quatre (04) pointes de défenses d’éléphants d’un poids total de trente kilogrammes (30 kg). Les prévenus sont de grands trafiquants qui exercent en réseau dans la sous région Ouest-Africaine. Les produits dissimulés dans des sacs provenaient du Nigéria.

Il ne s’agirait que d’une faible fraction du stock détenu par ce réseau qui sévit depuis Lagos, qui renferme d’ailleurs les plus grands trafiquants d’Afrique de l’Ouest et du Centre. Selon les trafiquants, un stock de 300 kg d’ivoire avait été amené de Lagos à Cotonou sans pouvoir y être saisi jusqu’à présent. Les éléphants ayant été massacrés dans la plupart des pays d’Afrique de l’Ouest, l’ivoire vient maintenant et principalement de l’Afrique centrale en passant par le Nigéria. Le Nord du Bénin renferme encore la plus grande population d’éléphants d’Afrique de l’Ouest mais leur protection exige des mesures additionnelles pour éviter qu’ils ne deviennent la cible des réseaux de trafic. Par ailleurs, précisions que ces trafics lucratifs sont organisés par des associations de malfaiteurs qui peuvent aussi être actifs dans le trafic de drogue, d’armes, voire dans le terrorisme.

Les prévenus ont été auditionnés, déférés devant le Procureur près du tribunal de première Instance de Cotonou et sont mis en détention pour répondre de leurs actes.

Rappelons que les Lois en vigueurs interdisent et punissent les auteurs, coauteurs et complices de ce trafic sur le territoire Béninois. Aussi la convention de CITES (convention de Washington) l’interdit sur le plan international.

La loi Béninoise punit sévèrement les auteurs, co-auteurs ou complices de tout acte de chasse, de détention, de commercialisation, d'importation, d'exploitation ou de réexportation des espèces protégées, de leurs dépouilles, de leurs trophées ou produits. Ils risquent ainsi jusqu’à cinq (5) ans de prison. La réglementation en matière de faune au Bénin repose sur :

1. La loi n°98-030 du 12 février 1999 portant loi cadre sur l’environnement en République du Bénin;

2. La loi n°2002-16 du 18 Octobre 2004 portant Régime de la Faune en République du Bénin

3. Le décret n° 2011-394 du 28 Mai 2011 Fixant les modalités de conservation, de développement et de gestion durable de la faune et de ses habitats en République du Bénin.

4. L’arrêté année 1992 N° 601/MDR/DC/DFRN//SA portant application en République du Bénin de la convention sur le Commerce International des Espèces de Faune et de Flore Sauvages menacées d’extinction(CITES)

Le Bénin a également adhéré à la Convention sur le Commerce International des Espèces de Faune et de Flore Sauvages Menacées d'Extinction (Convention CITES ou de Washington). Elle a pour objet de renforcer le cadre juridique et institutionnel des différents acteurs dans la lutte pour la protection de la biodiversité et contre le trafic international des espèces de faune et de flore au Benin et dans le Monde.

Précisons que lors du Sommet USA-Afrique qui a eu lieu du 4 au 6 août 2014, un accent a été mis sur la lutte contre le trafic de faune. En particulier, les pays d’Afrique de l’Ouest ont été exhortés à étendre la coopération en matière de lutte contre la drogue à la lutte contre la criminalité sur la faune. Le Président Obama a lancé une stratégie internationale pour lutter contre le trafic de la faune en février 2014.

Cette stratégie comprend:

1. le renforcement de l’application de la loi au niveau national;

2. la réduction de la demande;

3. la construction d’une coopération et de partenariats internationaux.

Le Bénin vient ainsi de montrer son engagement dans ce sens, même si la lutte est encore longue.

Cette opération est rendue possible grâce à la collaboration de certaines ONG spécialisées en environnement et la protection de la nature, aussi bien du Benin que de la Sous-région avec l’appui des autorités béninoises dont le Ministre de l’Environnement et ceux de l’Intérieur et de la Justice. Les structures compétentes en la matière que sont la Direction Générale des Forêts et Ressources Naturelles (DGFRN) de même que le Centre National de Gestion des Réserves de Faune (CENAGREF) n’ont pas marchandé leur franche collaboration.

Que les forces s’unissent enfin pour la sauvegarde de nos ressources naturelles déjà très menacées.

Mise à jour le Dimanche, 12 Juin 2016 18:01
 
 
Joomla 1.5 Templates by Joomlashack